Michel GAYARD



Chercher les traces dʼune certaine étrangeté
Privilégier lʼaléatoire à la logique
Préférer lʼerrance au chemin visible
Approcher la fragilité
Se sustenter de solitude
Créer la tension
Chercher la limite
Anticiper les effets
Quand il pleut rester sous la pluie
Se laisser porter par la force du vent
Penser comme lʼarbre, sans impatience
Rester attentif à lʼéphémère
Fixer lʼinstant
Peindre comme on écoute en prenant le temps
Laisser vivre les traits en toute quiétude
Prendre ... lʼair.
Michel Gayard      Décembre 2011


LES EFFETS DE SURFACES

par Jean-Paul Gavard-Perret - mars 2011

Michel Gayard construit un espace aussi bouleversant que nécessaire en donnant à sa peinture des
valeurs « tactiles ». Elles transmettent à sa peinture et ses éléments « rapportés » comme desfenêtres leur vitalité. De tels cadrages font que le seul rectangle de la peinture n'a pas encore ditson dernier "mot". Elle refait surface dans ses jeux de surfaces.
L’oeuvre n'a jamais cessé de suivre une courbe ascendante. Elle passe d’une figuration défigurante àune forme particulière d’abstraction en glissant de la figure au signe. Ce dernier n’a rien demétaphysique. La peinture fait masse et s’ancre dans l’ordre de la sensation. Cercles et carrés,formes géométriques ou non racontent par leur nature même une histoire. Pas besoin de l’anecdoted’un sujet pour cela.
Gayard sait que ce qui tue la peinture est l'idée. Et même si elle ne doit pas en manquer – une
peinture « idiote » n’ayant jamais arrangé son destin – le moment de la création est celui où
des
années de réflexion laisse place à la projection. Il ne s’agit plus de conceptualiser ce qui
se produitmais de trouver ce qui peut à la fois soulever l'inanité du monde et réveiller la peinture ambiante.Cosa mentale cette peinture est tout autant une levée de l’imaginaire à la recherche de l’émotion.Quelque chose avance à travers les formes et couleurs, leur matière, leur structure.
Loin de toute régression et avant de se "lâcher" Gayard s’astreint à tout un travail de "cerveau" ausein d'une stratégie à la fois consciente et inconsciente où tout commence à se mettre en place. Legeste est déjà en gestation. Privilégiant une approche à la fois simple et expérimentale l'état final
des oeuvres prouve combien les mécaniques et procédures se perdent en chemin afin de donner à voir la recomposition du monde. La forme "collante" de la peinture joue de rétentions et de tensions. Elles donnent à ce travail son profil particulier.
Gayard reste un grand technicien mais pas un mécanicien : ses lignes comme ses couleurs lui servent à jouer à la fois dans mais aussi contre l'excès lorsque ce dernier ne sert à rien sinon àsaturer. Il illustre comment une peinture qui se préoccupe de sa forme et de sa mise en oeuvre estpossible. Pour lui la peinture est une histoire de formes inassumables qu'il faut pourtant assumer et tenter de faire jouer de manière aussi dramatique (dans ses noirs et ses gris) que jouissive. De la triple contrainte de la toile, de la matière et de ses pigments et enfin celle d'une nécessité " interne " de l'artiste " modeleur " inconscient, Gayard donne sa propre réponse à la peinture.
L'artiste replonge dans la nécessaire croyance à la peinture. Une croyance qui pulvérise un certain du discours sur la peinture qui voudrait faire croire qu'elle ne peut pas continuer. Ignorer la peinturerevient en effet risquer de la voir resurgir où on ne l'attendait pas : par exemple dans l’espace où Gayard se met à la faire refonctionner. Contre le simple retour massif de l'illusion expressive, contre l'événement en tant que symptôme, l’artiste développe des espaces où apparaissent les horizons perdus de l'être. En un long et raisonné processus d'approfondissement de ce qu'il en est de la peinture et de son langage le peintre atteint ce qui se cache derrière le réel. Ce dernier se met à suinter à travers la matière et la lumière qu'elle provoque. Soudain la peinture redevient une machine infernale.


Formation

1967 - Ecole des Beaux-Arts - Mâcon
1970 - Ecole d'Art et d'Architecture - Marseille
1971 - Ecole dʼArchitecture - Nanterre - Paris
1972 - Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs - Paris
1975 - Thèse sur la Couleur avec Michel Ragon
1975 - Diplôme de lʼEcole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs - Paris
1975 - Diplôme de lʼEcole dʼArchitecture - Nanterre - Paris
1975 - 1977 - Travaille dans l'Atelier Jacques Fillacier - Paris
mise en couleur de la Centrale nucléaire de Fessenheim, Tunnel de Saint-Cloud,
Enise - Saint Etienne...

Agrégé d'Arts plastiques

Expositions personnelles

1977 - Galerie Odue - Evreux
1977 - Galerie Beaumort - Saint-Etienne
1980 - Galerie d'Aigret - Baux de Provence
1981 - Galerie Les Colonnes - Saint-Etienne
1986 - Galerie Del Vicolo Quartirolo - Bologne - Italie
Galerie d'Art contemporain - Le Prieuré - Montverdun
Galerie Utopia - Saint-Etienne
1987 - Galerie Songe - Montceau - les - Mines - Gayard - Slobodan Jevtic
1988 - Galerie Del Vicolo Quartirolo - Bologne - Italie
1989 - Galerie Beaumort - Saint-Etienne
1991 - Galerie Artissimo - Biarritz
1992 - Musée dʼArt contemporain - Chamalières
1993 - Galerie La Vençoise - Vence
1993 - Galerie Metro - Antibes
1995 - Galerie Metro - Bruxelles
1997 - Centre d'Art contemporain - Feurs
2010 - Musée d'Art de Feurs
2010 - Château de Bouthéon - 1er juin - 31 août
2011 - Galerie de lʼAngle - Paris - 75003 - 12 septembre - 25 septembre
2011 - Art Gallery Andersen - Nîmes - 30000 - 13 novembre - 9 décembre
2012 - Galerie Lionnes de Kaolin - Oingt - 69620 - 1 er février - 15 mars
2012 - Galerie Les Métamorphozes - Valaire - 41120 - 31 mars - 19 juin
2012 - Galerie Zart 03 - Jaligny-sur-Besbre - 03220 - 14 juillet - 31 août
2012 - Galerie Lʼ AppʼArt - Périgueux - 24000 - 10 septembre - 22 septembre
2012 - Centre Etoile - Saint-Honoré - avenue de Balzac - 75008 Paris - décembre-janvier
2013 - Galerie dʼArt contemporain - AMAC - Chamalières - 63400 - 8 février - 9 mars
en permanence à la Galerie Art contemporain Marie-Pierre Levy - Correns - 83570
en permanence au Nayart - Centre dʼArt contemporain - Nay - 64800
sociétaire de la Fondation Taylor - 1, rue de La Bruyère 75009 - Paris
Lauréat du Grand Prix Peinture 2011 - Fondation Charles Oulmont - Fondation de France - avenue hoche - 75008 Paris

Expositions collectives

1977 - Musée d'Evreux - CRAC
Prix Jeune Peinture - Paris
Prix Abstraction - Paris
1978 - Galerie Ars Magna - Paris
1978 - Festival d'Avignon - Palais des Papes - mention spéciale du Jury
1981 - Prix Andrée Anglard - Paris
1982 - Festival d'Octobre - Art contemporain - Clermont Ferrand
1983 - International Art Expo - New-York - médaille d'argent
International Art Expo - Dallas
1984 - Prix Tremplin - Niort
1985 - Galerie d'Art contemporain - Chamalières - Le Dessin - Gayard - Velickovic...
1986 - Festival International Art Contemporain - Clermont Ferrand
1987 - Vingt ans d'âge, vingt ans d'art - Centre d'Art contemporain - Feurs
Arman, César, Combas, Di Rosa, Favier, Gayard, Noua, On Kawara, Richter
1988 - Vous avez dit bizarre? non quotidien - Saint Etienne
Abbaye de Charlieu - Loire
1989 - Une Collection pour une Fondation - Centre d'Art contemporain - Feurs
1990 - Tendances actuelles - Saint-Etienne
1994 - Musée d'Art moderne - Saint - Etienne - Aubanel, Favier, Gayard, Klasen, Laget.
1987 - 2008 - Président du Centre d'Art contemporain - Feurs
Rencontres et expositions avec Ernest Pignon-Ernest, Peter Klasen, Favier, Combas, Kacem Noua, Rancillac, Yann Fabès, Bertholon, Herman Braun-Vega, Baldomero Pestana...
2011 - Biennale dʼArt contemporain - Albigny sur Saône














 







© Copyright 2010 Design et Réalisation Trifiro-Développement